Internet permettrait de prédire la dépression

Selon des chercheurs américains, la manière dont une personne communique sur la toile permet de tirer des conclusions sur sa santé mentale.

Les données publiées sur Facebook et Twitter ont permis de prédire si une femme développerait une dépression post-natale.

C’est ce qu’a déclaré Eric Horovitz, directeur du laboratoire de recherche de Microsoft, à Redmond (États-Unis), lors du congrès annuel de l’AAAS (American Association for the Advancement of Science) à Chicago.

Eric Horovitz et son équipe ont analysé, entre autres, des données publiquement accessibles sur Twitter, postées par près de 3 000 mères.

Pour compléter cette étude, ils ont recruté des dizaines de mères sur les forums en ligne, prêtes à participer à l’étude et ayant autorisé les chercheurs à accéder à leurs données sur Facebook.

Les scientifiques ont étudié les activités en ligne des mères trois mois avant l’accouchement, puis à nouveau trois mois après.

Sur la base des schémas d’activité trois mois avant la naissance, les chercheurs ont réussi à prédire, avec une précision de 70 %, quelles femmes développeraient une forme de dépression post-natale.

Ce contenu a été publié dans Dépression et antécédents familiaux, la depression, Troubles humeur, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>