La bonne conscience des filières agro-alimentaires

Même lorsque les fast-foods proposent des menus plus sains, la majorité de leurs revenus provient des hamburgers, des frites, des crèmes glacées et des sodas, ce qui explique pourquoi leur publicité pour la salade ou les fruits est un fiasco.

Les industriels et les filières de l’agro-alimentaire tentent de montrer leur bonne volonté dans la lutte contre le surpoids en créant des « instituts » dotés de « comités scientifiques » dans lesquels siègent des médecins. Ces instituts promettent de « faire évoluer la recherche sur l’alimentation et la santé » ou de contribuer à « l’éducation du public ».

Il existe des « instituts » de ce type chez Danone, Nestlé et même les chaînes de fast-food.

Des acteurs de l’agro-alimentaire s’engagent à réduire la quantité de sel et de matières grasses dans ses aliments, mais le fait de saler un peu moins ou pas du tout un aliment sans intérêt nutritionnel comme les frites n’en fait pas pour autant un aliment non calorique pour celui qui le consomme sans besoin énergétique véritable.

Les groupes de fastfood et les grands confiseurs focalisent leur spots publicitaires et messages sur l’activité physique, sur le bien être apparent sans que l’accent soit mis sur ce qu’est réellement une alimentation saine.

Certains, dont l’un des plus fameux, jouent sur la carte nature en changeant la couleur d’origine de leur enseigne pour du vert politiquement correct.

Il faut noter que l’enfant consomme plus de calories en buvant du soda ou en mangeant des hamburgers qu’il n’en dépensera dans une quelconque manifestation sportive sponsorisée par un fabricant de boisson ou une chaîne de fast-food. Les excédents caloriques, quels que soient leur côté « bio », constitueront un risque de surpoids.

Face au risque de baisse de la consommation de leurs produits, les industriels courtisent activement les scientifiques et les médecins quand ils ne siègent pas avec eux dans des organisations comme en France l’Institut français pour la nutrition (IFN) où l’on rencontre Kellogg’s, Danone, le CEDUS (lobby du sucre), Nestlé, Unilever, et l’Association nationale des industries alimentaires.

Ce contenu a été publié dans boulimie, Comportements alimentaires, Généralités, hyperphagie, Les pièges nutritionnels, Obésité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>