Le gène de la maladie d’Alzheimer, actif dès l’enfance

Le développement de la maladie d’Alzheimer est déclenché par une association de facteurs génétiques et de facteurs relatifs au mode de vie.

Des chercheurs canadiens viennent d’étudier le rôle d’un gène à haut risque. D’après les résultats de leur étude, publiés dans la revue Molecular Psychiatry, les modifications cérébrales provoquées par le gène sont détectables dès l’enfance.

Des scientifiques du Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto (Canada) ont examiné le cerveau et des échantillons tissulaires de personnes en bonne santé et de personnes atteintes de la maladie, dans le but de détecter des modifications du gène SORL1, à l’origine d’un risque accru de développer tardivement la maladie d’Alzheimer.

Chaque fois que les modifications provoquées par la maladie d’Alzheimer étaient détectées dans le cerveau, des copies spécifiques du gène étaient présentes.

L’imagerie en tenseur de diffusion a permis de démontrer que des personnes en bonne santé âgées de 8 à 86 ans, porteuses d’une copie spécifique du gène SORL1, présentaient une diminution du nombre de connexions de la substance blanche, responsables des fonctions mnésiques et exécutives.

Les analyses post mortem des tissus des personnes en bonne santé (âgées de moins d’un an à 92 ans), porteuses de la même copie du gène, présentaient une rupture du processus de conversion du code génique permettant à ce gène de devenir le récepteur s’apparentant à la sortiline.

Lors des analyses post mortem réalisées sur des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, le gène à risque a été corrélé avec la présence de la protéine bêta-amyloïde.

« Nous devons comprendre où, quand et comment ces gènes à risque pour la maladie d’Alzheimer affectent le cerveau, en étudiant les voies biologiques qu’ils empruntent pour leur activité », a affirmé le directeur de l’étude, Aristotle Voineskos.

« Grâce à cette découverte, nous pouvons commencer à mettre au point des interventions opportunes destinées aux bonnes personnes. »

Ce contenu a été publié dans la maladie d'ALZHEIMER, trouble de la mémoire, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>