Le pouvoir attractif des programmes TV : je me sens captif.

Le loisir en chambre, de plus en plus solitaire face à un programme télévisuel, devient un lieu commun dans une majorité de foyers. Le taux d’audience est la base d’une nouvelle industrie aux rameaux multiples : l’audiovisuel.

Un programme de divertissement cessera donc d’exister dès la chute du taux d’audience, aussi, pour sa survie, faudra-t-il qu’il soit ciblé, c’est-à-dire qu’il corresponde aux besoins et aux demandes du public recherché.

Signalé par des bandes annonces attractives dispatchées tout au long de la semaine, il sera codifié et répertorié dans le journal TV. Le téléspectateur ne pourra passer au travers de cet effet d’annonce l’amenant au programme lui-même qui, mitonné pour lui, forcément lui plaira.

À l’alternative de départ, je regarde la télévision ou je fais autre chose, se substituent de nouveaux comportements qui suggèrent une relation de dépendance. L’on réécoutera inlassablement les journaux d’informations générales, l’on s’inquiètera du sort de tel héros ou de telle héroïne, l’on prendra parti, l’on verra par les yeux des animateurs, l’on partagera les intrigues de la vedette du moment, l’on se sentira bien loin de son salon calfeutré ou de sa chambre silencieuse. Nous pourrons évoquer une authentique captivité psychologique, source inépuisable d’une vie émotionnelle et sentimentale par procuration.

Le stress naîtra de différentes manières :

-          La première sera tout simplement de manquer l’épisode fatidique ; la technique a aussitôt proposé une parade, le magnétoscope programmable. Il pourrait lui aussi faillir à sa mission en n’enregistrant pas, me direz-vous ; si tel était le cas nous aurions alors la solution ultime de faire appel aux amis par le biais d’échanges de cassettes vidéo.

-          La seconde naîtra de l’intrigue elle-même. Bien écrite et réalisée dans les règles de l’art elle apportera du plaisir, éveillera en chacun des fantasmes d’horizons lointains, de passions torrides, d’aventures haletantes, ou de manière plus trouble, de franches terreurs.

-          La troisième proviendra de « l’après-coup » soulignant le manque d’intérêt de sa trop banale existence face à la « normalité » apparente de la réalité télévisuelle pleine de rebondissements, de réussites inespérées et d’idéaux claironnants.

Le stress positif sera celui qui éveillera délicieusement les sens par le biais du suspense, qui apportera de manière générale un sentiment de plaisir et d’évasion. Faire une coupure devant un télé-spectacle, bien que solliciteur émotionnellement parlant, aura un effet endorphinique c’est-à-dire une action calmante. Un tel stress permettra de prendre du recul par rapport aux préoccupations du moment en monopolisant d’autres zones cérébrales que celles habituellement saturées tout au long de l’activité journalière.

Le stress négatif proviendra d’une adhésion trop entière à l’intrigue sans contre-partie plaisir. D’une autre manière, la confrontation au principe de réalité rendra aux yeux du téléphage la vie désastreusement terne et sans objet ; la jalousie, le sentiment d’être un laissé pour compte suivis de morosité puis de franche dépression pointeront le bout de leur nez puis l’envahiront insidieusement.

Ouvrons simplement une parenthèse pour indiquer un thermomètre « télé stress » : examinez vos ongles martyrisés, le volume du grignotage alimentaire, le nombre de cigarettes fumées, la quantité de liquides consommés. Ce simple examen vous donnera, j’en suis sûr, quelques indications fort utiles.

       

The following two tabs change content below.
Henri Pull

Henri Pull

Psychiatre et pédopsychiatre. Psychothérapeute. Expert médico-légal. Conférencier Formateur auprès d’entreprises. Intervenant Radio France. Auteur de deux livres : « Parents-Enfants » 200 réponses aux questions les plus fréquentes. (Édition Grancher) « Stress comment reconnaître et soigner vos 150 stress quotidiens ». (Édition Grancher)
Ce contenu a été publié dans L'agressivité, L'organisation sociale et le stress, Le stress au quotidien, Les activités extra-scolaires, Les distractions et le stress, Les parents et le stress de l'enfant, Stress et vie familiale, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>