Le stress détecté par les cheveux

Une étude menée par des chercheurs de l’Institut médical Erasmus de Rotterdam ouvre la voie à un nouvel outil de détection et d’évaluation du stress. Les niveaux de cortisol, l’hormone du stress, peuvent actuellement être déterminés par un test sanguin. Inconvénient : il ne donne qu’une mesure instantanée du stress ressenti. L’équipe du Dr Laura Manenschijn a découvert un moyen permettant de suivre les évolutions des niveaux de cortisol sur plusieurs mois : l’analyse des cheveux.

En étudiant des échantillons de 3 cm de long de cheveux prélevés sur 283 participants, âgés de 65 à 85 ans, ils ont pu mesurer avec précision les niveaux de cortisol sur une période de trois mois.

« Nos cheveux contiennent des informations précieuses sur nos niveaux de stress. Or des niveaux élevés de cortisol peuvent, à long terme, entraîner, chez les personnes âgées, une augmentation du risque de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral (AVC) » explique le Dr Manenschijn.

Les résultats de son étude, publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, confirment d’ailleurs que les personnes ayant des niveaux élevés de cortisol avaient un risque accru de maladie coronarienne, d’AVC, d’artériopathie ou de diabète.

Ce contenu a été publié dans Apport des neurosciences, Echelles de stress, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>