L’Europe alerte sur les dangers des nouvelles drogues de synthèse

Plus de 80 millions d’Européens, soit un quart de la population adulte de l’UE, ont consommé une drogue illicite à un moment de leur vie, rappelle l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) dans un rapport présenté hier à Lisbonne.

Si la tendance est à la stabilisation en 2013, les professionnels s’inquiètent de l’apparition constante de nouveaux produits de synthèse (NPS), souligne Le Figaro.

81 nouveaux produits ont été repérés l’année dernière, confirmant l’essor de ces drogues non réglementées, qui copient les stupéfiants illicites.

L’OEDT insiste sur les intoxications et les décès liés à la consommation de NPS.

En outre, elle s’inquiète de voir le nombre de morts lié aux opiacés de synthèse augmenter, alors que ceux dus à l’héroïne baissent.

« C’est un message de prévention que nous voulons faire passer, parce que l’injection est un facteur de risque aggravant pour les infections – VIH, hépatites… – et aussi les overdoses », affirme Isabelle Giraudon, épidémiologiste à l’OEDT.

L’injection des produits génère des effets plus puissants et plus rapides qu’en sniffant ou en avalant les produits.

Ce contenu a été publié dans addictions, L'adolescent, Le stress qui tue, Les conduites répréhensibles et marginales, Personnalités pathologiques, suicide, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>